La nouveauté R-SHOCK se démarque des autres dispositifs de tecarthérapie car son électrode permet un effet tout-en-un : capacitif, résistif et même pulse (équivalent à de l’électrostimulation). Ainsi, son action peut être multiple : localisée, superficielle, en profondeur ou purement antalgique. Mieux, il est même possible de les combiner.

C’est d’ailleurs un point qui marque la différence entre R-SHOCK et les précédents : elle permet une gestion plus fine de l’antalgie. Avec R-SHOCK, on peut décider de n’avoir que du PULSE (basse fréquence) afin de viser uniquement de l’antalgie, sans utilisation de l’énergie tecar (donc sans générer de chaleur). Le mode PULSE+ permet lui de travailler au niveau de l’antalgie sur trois niveaux (superficiel, moyen ou profond).

Plus de confort pour le praticien comme le patient

Cet apport antalgique est particulièrement utile dans les cas de douleur aigue, lorsqu’il est presque impossible de toucher le patient tant la douleur est forte, car R-SHOCK permet d’abaisser le seuil douloureux. Ensuite, lors du traitement, cet effet permet d’aller plus vite dans le soin, tout en offrant plus confort au patient, qui a moins mal. Il est ensuite possible d’associer le PULSE+ à un travail manuel, ou de continuer en TECAR en bénéficiant de son effet thermique.

Le praticien peut également décider de mixer l’énergie TECAR et le PULSE pour obtenir une antalgie mais aussi une revascularisation. Avec R-SHOCK et ses nouveautés, un mode existe pour alterner deux secondes de TECAR et deux secondes de PULSE, pour une gestion très fine de l’effet antalgique. Cela permet de rendre RSHOCK encore plus efficace dans la réduction des fibroses (comme les cicatrices) ou face aux problèmes fibreux articulaires (ex : tennis elbow), grâce également à sa technique d’utilisation ponctiforme.

Une machine intelligente

Autre nouveauté facilitant le travail manuel : R-SHOCK s’adapte pour toujours délivrer la même quantité d’énergie, calculée par l’électrode de retour. Cela garantit l’efficacité du signal quelle que soit distance ou la résistance, à tout moment du traitement. Cela permet au praticien d’optimiser sa séance et lui permet de réaliser un traitement beaucoup plus court. Cette énergie constante facilite le travail manuel du thérapeute et élimine de surcroît tout risque de brûlure pour le patient. L’antalgie selon R-SHOCK est donc plutôt à considérer comme une désensibilisation de la douleur, permettant un travail très confortable pour le patient et le thérapeute.

Ce n’est pas pour rien que, dans un cabinet spécialisé disposant de la R-SHOCK, elle représente 90% de l’utilisation lors des traitements TECAR contre 10% avec la BACK1. Sur deux kinés présents, cela représente 18 utilisations par jour (entre 5 et 10 minutes par traitement) ! Sa mobilité est très appréciée, le temps de traitement est plus court et les thérapeutes peuvent facilement partager la R-SHOCK, ce qui rend son optimisation maximale.