DOSSIER GAIN DE TEMPS • ÉPISODE 05
Les adjuvants pour gagner en temps et en efficacité

Le taping est un très bon adjuvant, permettant de prolonger le soin mis en place lors de la séance au cabinet. Les bandes de taping pouvant résister à l’eau, il sera possible de garder le montage plusieurs jours et ainsi prolonger les effets de la séance.

Par ailleurs, le taping ne limite pas complètement le mouvement, ce qui en fait un allié pour retrouver de la mobilité (ce qui constitue le cœur du métier de kiné). Son efficacité réside justement dans le fait que le patient reste actif. Le mouvement entraine un effet d’étirement/relâchement qui va stimuler les récepteurs cutanés et permettre d’agir au niveau proprioceptif (Bischoff et al., 2018). Le mouvement va aussi agir au niveau mécanique en décomprimant légèrement la peau et les fascias sous-jacents, permettant ainsi de soulager la pression sur les nocicepteurs et de décongestionner la microcirculation, et ainsi avoir une action antalgique (Nelson, 2016). Les effets du taping s’inscrivent donc dans la continuité des soins prodigués au cabinet.

En fonction du type de montage, différents effets sont possibles :

– Pose en I ou en Y : montages utilisés pour un effet proprioceptif ou de relâchement musculaire.

– Pose en X ou T : montages à visée antalgique permettant de créer un point de compression sur la zone douloureuse.

– Pose en éventail ou en araignée : montages à visée drainante (Kasawara et al., 2018) par gradient de pression et mobilisation de la peau ainsi que du réseau lymphatique.

Les points forts du taping pour gagner en temps et en efficacité sont :

  • D’un point de vue pratique : pose des bandes rapide, montage pouvant rester en place pendant 3-4 jours car elles sont résistantes à l’eau, applicables chez tous types de patients (sportifs, enfants, femmes enceintes, rhumatologiques etc…)
  • D’un point de vue efficacité : ne limite pas le mouvement, prolonge les soins mis en place au cabinet en fonction du type de montage (effet antalgique, drainant, proprioceptif).

Autre technique : les ventouses.

Cette technique très ancienne, remise au gout du jour, est utilisée par les professionnels de santé dans de nombreux pays. En France, son utilisation est interdite aux kinésithérapeutes, contrairement à la Belgique, à la Suisse ou au Canada par exemple. Les ventouses sont un bon complément pour agir sur les tissus mous tels que les fascias. Leur facilité d’application (beaucoup d’indications pour peu de contre-indications) en fait un atout supplémentaire à ajouter à votre arsenal thérapeutique (Rozenfeld et al., 2016).

Les effets des ventouses

  • Circulatoire : le principe est mécanique. La dépression (générée par le vide à l’intérieur de la ventouse) crée un phénomène d’aspiration. Il se produit alors une hyperémie permettant de décongestionner la zone traitée (Yoo et al., 2004).
  • Antalgique : l’aspiration soulage la pression exercée sur les nocicepteurs (Musial et al., 2013). De plus, l’application de ventouses entraine une libération d’enképhalines (molécule morphino-mimétique).
  • Réflexes métamériques : l’hyperémie cutanée va avoir une action sur les voies réflexes grâce aux dermalgies réflexes (le dermatome influençant le viscérotome et le myotome correspondant au même étage métamérique). De nombreuses cartographies existent pour retrouver les cellulalgies à traiter. Il sera possible de se référer aux travaux de Head et Jarricot qui ont cartographié les zones cutanées où la sensibilité de chaque viscère se projette. De même que les travaux du Dr Maigne au sujet des dérangements intervertébraux mineurs (DIM) ont permis de mettre en évidence le syndrome cellulo-téno-myalgique T9-T10 et T12-L1.

Syndrome cellulo-téno-myalgique T9-T10 et T12-L1. Dr Maigne

Ventouse mobile ou ventouse statique ?

Il existe deux façons d’utiliser les ventouses. La technique de référence reste la pose de ventouses statiques, cependant il est possible de déplacer la ventouse afin d’avoir une action mécanique. Cette technique mobile peut s’avérer utile en cas d’adhérences cicatricielles.

Les points forts des ventouses pour gagner en temps et en efficacité sont :

  • D’un point de vue pratique : facilité d’application, très peu de contre-indications, temps de traitement de 2 à 10 min.
  • D’un point de vue efficacité : large champ d’application (rhumatologique, traumatologique, sportive, ostéopathique…).

Les trois effets majeurs de l’utilisation des ventouses seront donc circulatoires, antalgiques et réflexes.