L’épicondylite de Roxane P. n’est déjà plus douloureuse avec la tecarthérapie Winback !

.

.

L’épicondylite, une tendinopathie handicapante :

.

L’épicondylite, autrement appelée « tennis elbow », est une affection très douloureuse située au niveau du coude. Le nom est trompeur puisqu’il concerne plus souvent les personnes exerçant des métiers qui les mènent à des surcharges ou des efforts répétés et saccadés.

L’inflammation touche une partie de l’humérus,  c’est-à-dire juste au-dessus de l’articulation du coude. La douleur associée rend tout mouvement des doigts et du bras très difficile ! En fait, ce sont les tendons qui sont enflammés. Ils constituent de solides bandes de tissu fibreux, mais en cas de surutilisation, ils subissent une inflammation et peuvent se déchirer, comme une corde sur laquelle on tirerait trop puissamment et qui s’userait. C’est une tendinopathie (consultez notre article) dont l’épicondylite n’est qu’un type particulier !

Si la cicatrisation et le repos nécessaire à l’organisme ne lui sont pas accordés, le corps s’adapte comme il peut. C’est-à-dire que les tendons deviennent irréguliers et s’affaiblissent, c’est alors qu’une lésion se forme. Généralement, c’est l’accumulation de petites déchirures dans les tendons qui est en cause. Mais c’est aussi parfois l’articulation ou les nerfs qui sont responsables

Les facteurs à risque pour une épicondylite :

Elle apparaît souvent dans les métiers manuels où les travailleurs exécutent certains gestes qui sollicitent particulièrement les avant-bras. Lorsque la position est fixe ou mauvaise, c’est-à-dire que la charge n’est pas bien accompagnée par le corps, la masse sera mal répartie sur le corps, dont certaines parties seront surexploitées.

Le repos musculaire est aussi un point clé de l’équation puisqu’un muscle qu’on ne laisse pas récupérer est d’autant plus vulnérable qu’il s’affaiblit.

Les conseils Winback :

De manière générale, Winback vous recommande chaudement de conserver le dos bien droit lorsque vous soulevez une charge et de vous aider de vos jambes, pour accompagner le poids. Trop de gens n’ont pas les bons gestes lorsqu’il s’agit de porter et font peser sur leur colonne vertébrale ou leurs bras des charges que leurs jambes pourraient parfaitement assumer si elles étaient sollicitées ! Accompagnez l’objet bien plutôt que de le tirer, et en cas de charge excessive, n’hésitez jamais à demander de l’aide !

.

Diagnostiquer l’épicondylite :

.

Elle se manifeste d’abord par une grande sensibilité sur la face externe du coude. Les signes révélateurs seront ceux d’un patient qui souffre lorsqu’il tente d’effectuer des mouvements avec les doigts ou le poignet alors que son coude est tendu.

Son apparition peut aussi bien être progressive, avec un travailleur de longue date, que brutale avec une personne dont le tendon est traumatisé après qu’il ait eu à soulever une charge bien trop lourde.

.

Le traitement de l’épicondylite avec Winback :

.

En cas d’épicondylite, deux réflexes à adopter immédiatement : l’arrêt de l’activité responsable et un programme de physiothérapie pour accélérer la cicatrisation et rendre le coude aussi fonctionnel qu’auparavant. C’est pourquoi nous vous proposons la solution Winback, dont l’efficacité dans ce genre de pathologie n’est plus à prouver. Nous vous offrons ainsi une rééducation 2 fois plus rapide, en guérissant en profondeur les lésions qui vous affectent. Son effet antalgique va immédiatement soulager la blessure et le thérapeute  vous aidera à retrouver toute la mobilité passée. C’est notamment le cas de Roxane P. patiente belge d’un de nos praticiens équipés, dont le traitement Winback a été effectué en association avec des ventouses :

« Depuis mi-juin, je souffrais de mon coude gauche. Début juillet, les douleurs devenant insoutenables, je me suis rendue aux urgences et retrouvée plâtrée pendant 10 jours, avec pour diagnostic une épicondylite.
Au retrait du plâtre, le chirurgien orthopédique m’a prescrit des séances de kiné alors que des ondes de choc et des infiltrations étaient déjà programmées.
J’ai contacté mon kinésithérapeute, Michael Stassin, pour commencer au plus vite mes séances. Il m’a proposé immédiatement un traitement de técarthérapie Winback.
Dès la première séance, j’ai ressenti un réel soulagement et au terme de cinq séances de traitement, à raison de deux par semaine, je ne ressentais plus aucune douleur.
Je vous recommande vivement la técarthérapie et remercie Mika Winback pour ses conseils. »

Roxane P épicondylite

La diathermie de la técarthérapie Winback, avec l’augmentation de la vascularisation, va considérablement réduire l’inflammation. Bientôt cette épicondylite ne sera plus qu’un mauvais souvenir !

EnregistrerEnregistrer

2019-02-19T14:48:04+00:00
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site.
Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Voir notre Politique de Confidentialité.
Ok