Winback et collagène sont intimement liés, que ce soit au cours de la cicatrisation ou pour relancer un processus de synthèse en cas de fibrose. Mais par quel processus Winback agit-il sur le collagène ?

Qu’est-ce que le collagène ?

Le collagène est la protéine de structure, présente chez tous les vertébrés. C’est la protéine la plus abondante, puisque nous la retrouvons dans toutes les matrices extra-cellulaires. En effet, il représente 30 % des protéines totales chez les mammifères. Le collagène est synthétisé par des cellules d’origine mésenchymateuse. Le fibroblaste en est la cellule clé, qui se différenciera selon certaines spécificités des tissus (odontoblaste, ostéoblaste, etc…).

Les premières étapes de la synthèse du procollagène sont intra-cellulaires. Ce procollagène est sécrété dans la matrice extra-cellulaire par exocytose, où il s’assemble en protocollagène, pour créer par réticulation les différentes fibres de collagène.

En fonction de leur forme, de leur structure microscopique et de leur résistance mécanique, les différents assemblages de fibres donneront plus d’une vingtaine de types de collagène.

Le collagène de type I, présent notamment dans les os, le derme, les tendons ou les ligaments, représente 60 à 80 % des collagènes. Le collagène de type III, également très important, est observé au niveau de la jonction dermo-épidermiques et des lames basales des vaisseaux sanguins, des nerfs et des adipocytes.

En cas de pathologies, de lésions, ou à la suite d’une inflammation ou une cicatrice, le collagène connaît un remaniement dans son assemblage et dans la composition des différents types. Le collagène a une durée de vie variable selon les tissus, de deux mois pour le derme à plusieurs années pour le tissu osseux. En effet, il se dégrade sous l’effet de plusieurs enzymes. De plus, il se dénature sous l’action de la chaleur.

Le lien collagène-Winback

La technologie Winback va donc agir dans deux étapes importantes de la synthèse et du remaniement du collagène. D’abord, la dépolarisation membranaire, créée par le passage du courant, permettra une meilleure exocytose du procollagène, le rendant plus facilement biodisponible. La diathermie induira quant à elle une dénaturation du collagène qui permettra par la suite son remaniement.

On comprend alors l’intérêt de la technologie Winback sur tous les tissus comprenant du collagène, soit l’ensemble des tissus conjonctifs. Ainsi, les applications seront multiples, autant en rééducation, afin d’optimiser le remaniement des fibres de collagène, tant pour les pathologies musculaires ou tendineuses que pour le traitement des cicatrices. En esthétique, l’action sera identique sur le derme, notamment avec ces protocoles anti-aging.