Tecarthérapie sur les douleurs, migraines & mobilité du rachis cervical

CONTEXTE

Les trigger points actifs de la région sous-occipitale sont impliqués dans les céphalées de tension avec une augmentation de leur sensibilité localement et de leurs douleurs projetées.

OBJECTIF

Cette étude vise à déterminer si l’association de la radiofréquence sur la zone sous-occipitale avec les techniques de relâchement musculaire dans le traitement des céphalées de tension, est plus efficace que le seul relâchement des muscles sous-occipitaux.

MÉTHODE

30 patients sont répartis en 3 groupes de 10 patients.

EG-1 : étirements des muscles sous-occipitaux combinés à la radiofréquence de la tecar thérapie Winback (fréquence de 0,3 MHz et l’électrode résistive)

EG-2 : étirements des muscles sous-occipitaux seuls. CG : groupe contrôle sans traitement. Les outils d’évaluation utilisés sont le HIT-6 (headache impact test 6), la douleur à la pression des muscles sous-occipitaux, l’index d’incapacité cervicale et la mobilité du rachis cervical.

Les séances durent 10 minutes, deux fois par semaine pendant 4 semaines, et les mesures d’évaluation sont effectuées avant et après chaque séance.

RÉSULTATS

La comparaison entre les groupes des évaluations après les séances et de la mesure de la progression avant et après la séance, montrent une différence significative de chacun des paramètres avec une valeur p<0,05, excepté pour les inclinaisons latérales du rachis cervical.

Dans les mesures post-traitement, le groupe EG-1 montre des différences significatives pour tous les paramètres par rapport au groupe témoin. En revanche, entre le groupe EG-2 et le groupe témoin, on ne retrouve pas de différence pour la pression des tensions musculaires dans chacune des deux zones temporales. Par ailleurs, le HIT-6 et le seuil de pression douloureuse de la zone temporale droite montrent des différences significatives entre les groupes EG-1 et EG-2. Pour les deux premiers groupes, EG-1 et EG-2, la différence avant et après traitement semble significative (p<0,05), à l’exception de la douleur de pression de la région temporale droite qui n’est significative que pour EG-1.

DISCUSSION

L’étude inclut des patients présentant une migraine chronique en relation avec les trigger points des muscles sous-occipitaux et l’association de la Winback. Elle met en valeur la thérapie manuelle des physiothérapeutes dans le monde. Winback y apporte sa contribution en étant associée au geste manuel du thérapeute, le rendant indéniablement plus performant.

En effet, Winback permet d’être plus efficace sur le seuil de perception douloureuse et la qualité tissulaire, mais également d’améliorer la mobilité cervicale grâce à l’augmentation de chaleur locale qui permet d’appliquer une tension d’étirement plus importante sur les tissus sans les endommager.

L’étude nous ouvre un vaste champ d’investigation où nous devrons confirmer ces résultats avec un panel de patients plus vaste. L’avancée de cette étude est encourageante et mérite toute l’attention de la communauté médicale car elle apporte un confort pour le patient avec une rapidité étonnante. Elle représente donc une solution alternative aux posologies médicamenteuses.

CONCLUSION

Ces résultats montrent que les techniques de relâchement sous-occipitales peuvent être bénéfiques pour soulager les maux de tête, les tensions et augmenter la mobilité du rachis cervical, et qu’elles le sont encore plus en y associant la radiofréquence. La radiofréquence étant sûre et facile à utiliser, il serait intéressant de proposer d’autres études la combinant avec d’autres techniques de thérapie manuelle.