Dans le cadre d’un cancer du sein, plusieurs types de traitements peuvent être mis en œuvre afin de soigner la patiente. Parmi ceux-ci, la radiothérapie, fréquemment utilisée, consiste en une utilisation thérapeutique des radiations ionisantes. Celles-ci vont réduire le volume de la tumeur, voire la détruire dans certains cas. Si la patiente ne sent rien durant ce type de traitement, qui est donc totalement indolore, des douleurs peuvent apparaître en cas de haute de dose de radiothérapie.

Ces douleurs sont causées par le fait que les rayons utilisés traversent également des tissus sains et vont y provoquer une inflammation, principalement au niveau de l’épiderme, mais également des muqueuses. Généralement, ces douleurs aiguës causées par la radiothérapie disparaissent quelques temps après la fin du traitement.

La TECAR face aux douleurs chroniques

Toutefois, un nombre élevé de séances de radiothérapie provoque une chronicisation de la douleur, et les tissus s’indurent. Même plusieurs années après, de nombreuses femmes présentent des douleurs en regard de la zone irradiée et aussi au point de sortie au niveau dorsal. En fonction de la raison de la plaie, de la manière dont réagit le patient et des traitements qu’il reçoit, la chronicité va se matérialiser de différentes façons (granulomes, ulcères, infiltrats, …). La raison ? La douleur chronique s’installe car l’irradiation répétée ne permet pas à la phase de détersion d’être complète, ce qui va induire une chronicisation de la douleur.

La détersion fait appel à plusieurs mécanismes :

  • L’élimination de l’exsudat séreux par l’intermédiaire du réseau lymphatique, qui dans le cas de la chirurgie du sein est parfois endommagé.
  • L’élimination de l’exsudat fibreux, riche en fibrinogène.
  • La détersion cellulaire, qui va entre autres activer les fibroblastes et les macrophages.

Dans ce cadre, l’utilisation de la tecarthérapie Winback va s’avérer être une réelle plus-value afin de lutter contre ces douleurs chroniques. Par ses vertus, l’énergie TECAR va permettre une amélioration des échanges circulatoires, notamment dans le réseau lymphatique. Son effet diathermique, lui, va permettre la fluidification du fibrinogène et donner la possibilité au praticien de travailler sur le remaniement collagénique de la zone traitée. L’efficacité du travail du praticien sera également favorisée par l’effet biologique de la tecarthérapie, qui va améliorer la biodisponibilité des enzymes protéolytiques qui interviennent dans le remodelage des tissus au cours de la cicatrisation.

Grâce à l’ensemble de ces vertus, l’utilisation de la TECAR Winback associée à l’expertise manuelle du praticien, les causes de douleurs chroniques post-radiothérapie peuvent ainsi être prises en charge et soulagées de manière efficace et durable.