Lors du webinaire « On refait le soin » du jeudi 18 mars, plusieurs kinés experts du sport et de la Winback ont présenté la focused tecar R-SHOCK, mise au service de cas cliniques autour de pathologies liées à la pratique du basket-ball. R-SHOCK, de par son électrode, permet une diffusion de l’énergie ciblée et rapide. De plus, la combinaison de deux courants différents, un courant TECAR et un courant pulsé à basse fréquence, offre différents champs d’application, de l’aigü au chronique.

Avec 1000 mouvements différents par match, des changements de direction et de rythme toutes les 2 à 3 secondes, le basket-ball est le premier sport responsable de blessures chez les femmes. Les sauts représentent 3% du temps de jeu, ce qui est aussi important qu’au volley.

Ces blessures concernent à 64 % les membres inférieurs, avec une majorité d’entorses de cheville, des lésions musculaires ou des tendinopathies.[1]

Cas clinique : tendinose chez une joueuse de l’équipe de France de basket-ball

Lors de l’approche de ce cas, la physio-pathologie du tendon a d’abord été rappelée. En effet, le tendon n’est pas une structure inerte : il vit, se modifie, se régénère et se répare. Il est soumis à des contraintes uni axiales et des contraintes multidirectionnelles. Ses cellules assurent en permanence son homéostasie, c’est-à-dire un équilibre entre synthèse et dégradation de la matrice extracellulaire.

Le tendon s’adapte à une charge de travail appropriée, donc à l’entraînement. La balance entre charge de travail et effort intensif doit donc être à l’équilibre. Un déséquilibre entrainera un risque de pathologies : de la tendinopathie réactive au tendon remanié, puis à la tendinopathie dégénérative. En effet, une charge excessive entrainera des microlésions aggravées par l’état nutritionnel, la déshydratation, …

Ce carrefour de contraintes impose au tendon une structure spécifique, avec différentes parties du tendon qui présenteront des pathologies différentes : la tendinose (corps du tendon), les paraténonites (annexes) et l’enthésopathie (insertions). L’évaluation de la tendinopathie, en recherchant le mécanisme lésionnel et l’environnement des contraintes mécaniques avec un interrogatoire ainsi qu’un examen clinique, amènera à préciser le type de tendinopathie et sa sévérité.

Dans notre cas, la joueuse de 38 ans évolue au poste de meneuse et est professionnelle depuis 2009. Son poste nécessite beaucoup d’accélérations et de décélérations. Parmi ses antécédents, elle présente très peu de blessures, si ce n’est une lésion myo-aponévrotique du soléaire il y a un an. L’examen clinique montre une douleur au lever apparaissant au cours de l’entraînement et ayant du mal à disparaitre après l’entraînement. A la palpation, le tendon est épaissi et douloureux en interne.

L’apport de R-SHOCK

Les intérêts de R-SHOCK sur les tendinoses sont :

  • L’antalgie immédiate avec le mode PULSE
  • La revascularisation avec le mode TECAR
  • La synthèse de collagène avec le mode SHOCK (TECAR + PULSE)

Pour le traitement, le kiné de la fédération française de basket-ball a donc utilisé R-SHOCK en y associant des techniques fasciales (crochetage, massage etc..), au cabinet mais également avant les matchs.


Résultats :

-Effet immédiat sur la douleur (deuxième séance, la joueuse ayant demandé elle-même les séances d’avant-match).

– Effet durable sur la durée du traitement (remodelage tendineux au bout de 3 semaines)

La mise en place du traitement fonctionnel a été proposé en parallèle, avec un protocole de remise en charge adapté (mise en contraintes progressive).[2] L’utilisation de R-SHOCK a donc permis à la joueuse de revenir sans douleur et très rapidement sur le parquet.

[1]  Les blessures liées à la pratique du basketball : revue systématiqe des études épidémiologiques, C.Foschia, F.Tassery, V.Cavelier, A.Rambaud, P.Edouard

[2] Current Clinical Concepts : Conservative Management of Achilles Tendinopathy, Karin Grävare Silbernagel, PhD, PT, ATC ; Shawn Hanlon, MS, ATC, CSCS ; Andrew Sprague, DPT, MS, PT ; J Athl Train (2020) 55 (5): 438–447.